Into the Wild (Haul Essie, OPI & Bourjois)

Les feuilles mortes ne se ramassent pas encore à la pelle mais l’automne est bien là, y compris dans mon petit jardin extraordinaire. C’est là que je vous emmène aujourd’hui à la différence près que ce ne sont pas mes pas qui me guident mais mes ongles. Comme une envie d’air frais, d’humus et de brume au petit matin et voilà que je me retrouve chez Sephora à piocher dans les flacons OPI et Essie. Première étape de la promenade.

Le maquillage, d’après moi, c’est thérapeutique. Matières, gestuelle, violence ou douceur des couleurs disent beaucoup de la personnalité de celle qui les porte. Il y a des couleurs qui vous accompagnent toute la vie, d’autres se contentent de faire un petit bout de chemin puis vous lassent et laissent la place à d’autres. Et il y a celles qui ne vous séduiront jamais.

0816.w.MM_.eva_.lo30_View5-copy-copy_RGBJe n’ai jamais aimé le rose, même petite. Je tolère éventuellement les vieux rose ou le rose gold en touches raisonnables (je ne me suis pas remise de mon crash test Makeup Revolution) mais la layette, je ne peux pas. Et cette couleur me rend carrément suspicieuse aujourd’hui. Qu’une femme puisse choisir d’avoir du barbapapa dans sa garde-robe ou dans son maquillage me dépasse. C’est pour moi le contraire du chic. A-t-on déjà vu Eva Green porter une french à paillettes ou un rouge à lèvres rose bonbon et s’enthousiasmer sur des chaussons en pilou la Belle et la Bête ? Je dois fonctionner par analogie, c’est sans doute ça. Chacun fait bien comme il veut. Moi je suis bloquée sur les couleurs plus sourdes et sur les grands classiques.

Cette saison, je craque sur des couleurs qui évoquent la mousse, les sous-bois et le craquement des feuilles fraîchement tombées. Je suis dans mon élément avec cet élégant spécimen vert de gris « Fall in Line » d’Essie. En situation sur le bois vieilli et les pétales séchés de mon hortensia blanc, c’est là que je l’aime le plus, dans l’évocation de la nature. Il n’est ni bleu, ni vert, ni gris, un peu tout à la fois, et appelle des matières simples et nobles et les looks sophistiqués.

J’apprécie son application facile et uniforme. C’est le genre de vernis qui permet de faire une manucure tout à fait respectable 2 couches + top coat en 15 minutes chrono et je l’aime encore plus pour ça. Notez que ce petit record personnel est aussi permis grâce à l’utilisation « Speed Setter » d’Essie qui porte magnifiquement son nom. Le temps de séchage est nettement plus court que d’habitude et il a l’amabilité de ne pas déplacer la matière comme le fait sont grand frère « Gel Couture » d’Essie (vous savez, le flacon blanc torsadé).

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le résultat est chouette, moins épais qu’avec un fini gel coat et ma manucure tient environ 3 jours sans lampe à UV et sans base (oui je sais, c’est très très mal). Du coup, je suis extatique et il ne se passe pas une journée sans que je n’aie les ongles vernis (ce qui pour une mère de famille qui travaille à temps plein est un record, vous en conviendrez).

J’ai craqué pour une version plus sombre du vert mousse avec ce « Power clutch » d’Essie. C’est amusant ; associé au beige de mon pull en laine, on pourrait le prendre pour un brun mais il n’en est rien. C’est ce qui est dingue avec ces couleurs-là ; elles s’associent bien plus facilement qu’on ne pourrait le croire et leur composition est si complexe qu’en fonction des vêtements portés, vous les verrez plus brunes, plus grises ou plus vertes.

Le vernis suivant est un grand classique avec sa finition laquée marron. C’est « Partner in Crime » d’Essie. Celui-ci est clairement plus chic et moins complexe que mes autres choix. Mais son rendu se nourrit facilement lui-aussi des matières naturelles, laine, coton, cuir avec lesquelles il est associé. Il est est parfait pour assouvir mes fantasmes annuels de campagne, de citrouilles et de café latte, de brunch au chaud quand la pluie bat au carreau.

Ces vernis-là ont un effet Pinterest au bout des doigts, comme quand on collectionne les photos parfaites de dimanche parfait et de vaisselle parfaite. Je ne sais pas si la science s’intéresse au niveau de sérotonine ou d’ocytocine après une manucure réussie mais, à mon avis, elle devrait.

Le vernis suivant fait partie de la collection « Iceland » d’OPI, c’est « Less is Norse ». Une fois encore, le rendu un peu ardoise évolue selon les pièces que vous portez et peut aller du bleu au gris et au violet. C’est une couleur de pluie et de sweat-shirt mais qui s’en tire très bien avec une robe noire simple pour les réunions d’affaire.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

En revanche, il faut penser son maquillage en conséquence à mon avis. Personnellement, je ne me lancerais pas sur un rouge à lèvres trop sophistiqué avec ce vernis-là. Je ferais sans doute un smoky très sage avec un fondu de gris.

Le vernis suivant est un pas de côté nettement plus rock’n’roll avec micro-paillettes argentées ; c’est « Tribal Text Styles » d’Essie. Le rendu fait un peu mine de crayon, avec ses reflets froids et je suppose qu’il peut être un peu plus dur à assumer que les autres. Encore que.

Cette couleur n’a pas reçu l’aval de Mister Curves à la différence des autres. C’est un signe. Mister Curves ne fait pas dans la paillette. Même si elle est toute choupinette comme celle-là qui ne se voit que quand on met son nez dessus. Moi j’aime bien et il a une tenue de 4 à 5 jours. Incroyable. Quand je dis « tenue », j’entends sans écaille malgré la vaisselle, les shampoings, le clavier de l’ordinateur et tout un tas de situations de la vie quotidienne ultra dangereuses pour les ongles. Je suis bluffée.

Zut ! Je n’ai pas de photo sur mes ongles de « Satin Sister » d’Essie. Et je n’ai malheureusement pas le temps de vous en proposer une. Je viens de commencer un compte Instagram et je vous promets de poster une photo prochainement dessus. D’ici-là, il vous faudra faire preuve d’imagination pour ce bleu canard à la finition laque. Croyez-moi sur parole, le résultat est moins « barré » qu’on peut le penser et, associé à des pièces sobres et de bonne qualité, il tiendra la route sans problème. On range en revanche les matières qui ne se tiennent pas car elles risques de se faire écraser avec une couleur si franche.

Pour parfaire la manucure, j’ai pioché parmi les petits pots Bourjois super pratiques. Le « Soin Miraculeux », je l’ai pris par erreur en réalité. C’est un petit bain de soin avec éponge massante pour prendre soin de ses cuticules. Le principe est le même qu’un bain dissolvant. On plonge son doigt, on frotte l’ongle contre la mousse et le tour est joué. Les cuticules sont nourries. (Ouais, bon, il faudrait compléter par un massage appliqué et un coup de repoussoir ou de ponçage mais je choisis pour ma part la version « pas le temps / pas envie » du rituel, d’autant que je ne suis pas trop embêtée par les cuticules).

Le « Dissolvant Miraculeux », je le trouve parfait parce qu’il est petit. Et c’est vrai, j’aime bien cette solution parce qu’elle n’empeste pas la pièce pendant des heures comme c’est le cas avec un flacon de dissolvant et un coton. Bourjois annonce un format vacances mais en ce qui me concerne, je le trouve idéal pour les vernis foncés toute l’année. Dans des pots plus grands, le dissolvant finit par prendre la couleur des vernis au bout de quelques utilisations et j’en viens à les jeter bien avant les avoir finis. Ces petits pots-là sont compacts et à défaut d’être moins chers, ils me permettent de ne pas gaspiller trop de produit. C’est la solution pratique et confortable, parfaite pour une routine soins du dimanche matin, quand on s’imagine naïvement partir en balade en forêt à la fraîche mais qu’on sait pertinemment qu’on va renoncer pour passer la journée sous la couette. C’est tellement moi.

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s