Gold & Glitters (Crash Test Makeup Revolution)

Petit weekend en amoureux à Fontainebleau et voilà que je trouve par hasard chez Monoprix un corner bien fourni de palettes Makeup Revolution. J’en avais beaucoup entendu parler mais le divin avait eu l’amabilité de ne placer sur mon chemin que deux modèles pour le teint format A4. Elles étaient si grosses et inlogeables dans une salle de bain de taille normale que j’avais renoncé à les tester.  Mais celles-là, à Fontainebleau, ont un format compact et elles se mettent à crier mon nom tandis que je suis innocemment venue faire mes emplettes. Madame Cuuuuuurves ! On est làààààà !

Ben oui, je vous ai vues les filles… d’ailleurs, j’en prends 3 sans hésiter. Enfin si, j’hésite un peu parce que j’aimerais bien en prendre 4 ou 5 mais enfin, il faut savoir raison garder.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Me voici de retour à la maison, prête à plonger doigts et pinceaux dans ces petites choses. Le teint est fait ; hydratant – fond de teint – anticernes – poudre libre, check ! Et c’est parti !

Ces 3 palettes sont noires laquées au design plutôt réussi. J’apprécie la sobriété du noir et de la typo dorée mais la laque se raye facilement et la palette perd de sa superbe en une seconde chrono. La protection est inégale d’une palette à l’autre. L’une d’entre elles bénéficie d’un étui en mousseline, les deux autres, non. De même, il y a un plastique protecteur sur les fards de deux d’entre elles seulement. Ce qui n’empêche pas l’un des fards d’être cassé. Et j’ai bien pris soin de m’assurer qu’aucune boîte n’avait été ouverte. Cette différence de traitement d’une palette à l’autre me laisse dubitative.

Le système de fermeture a été conçu spécialement pour bousiller toutes les manucures. Les palettes ferment bien, ça c’est sûr à tel point que j’ai très vite pris l’habitude de me servir d’une épingle à chignon pour les ouvrir. On prend facilement le coup mais devoir recourir à un outil pour faire levier et accéder aux fards diminue cruellement l’expérience utilisateur.

Crash test #1 : Les yeux

C’est dommage, car les fards – bien que petits – semblent être super pigmentés et que la palette est dotée d’un immense miroir. Je vous présente ici la « Ultra Eyeshadows ». Elle me plaît parce que les tons sont plutôt chauds, irisés ou mats et que les fards se déclinent du clair au foncé. Il y a de quoi faire, avec les mats indispensables pour gommer les bavures et quelques très foncés gris, noir ou bleu marine pour faire un trait d’eyeliner à la poudre. J’adore.

Pour moi c’est une réussite, même si j’en compte pas mal dans les rosés ou les beiges dont je ne me servirai pratiquement pas. J’apprécie qu’elle ait été pensée pour des looks sages, nudes, ou des smokys un peu plus sophistiqués. Et admettons-le, à ce prix-là (moins de 18€ de mémoire), c’est hyper convaincant.

Je dégaine 3 pinceaux pour poser les fards, faire un ras de cil et estomper et je choisis « Molton Chocolate » que je pose sur toute la paupière mobile et un peu au-dessus du creux. J’ai pris le soin de souffler sur mon pinceau mais je dois admettre que les fards font peu de chutes. Vraiment pas mal.

La couleur est riche, irisée sans faire too much et je l’applique aussi en ras de cils inférieurs. Je choisis ensuite « Red Night », un prune assez électrique pour ne pas plomber le regard. J’aime énormément sa pigmentation qui flirte autant avec le violet qu’avec le rouge. J’ai toujours peur de ces teintes-là ; trop rouges, elles délavent le teint et donnent une impression de retour de sinusite des plus glamour. Elles font ressortir les petites inflammations et autres petits boutons ainsi que les veines de l’oeil… c’est parfait. Mais celle-ci est vraiment chouette, pas myxomatose pour un sou.

Je continue avec « Medal » et ce faisant, j’apporte une toute petit touche de cuivré sur le bombé de la paupière. Je termine par un soupçon de « Golden Night », vers l’intérieur de l’oeil et le tour et joué. Je ressemble à une speakerine des années 80. Ce n’est pas dramatique, j’ai vu comment se travaillent les fards et en deux coups de pinceau de mon chouchou Real Techniques, je redonne un peu de fondu à l’ensemble.

L’idée, c’est de supprimer les contours un peu trop nets des fards. Et avec ces fards super faciles à travailler, c’est un jeu d’enfant. Je suis bluffée. Le résultat est chic et ne m’a pris que quelques minutes.

Je finis en ajoutant un trait de crayon en ras des cils supérieurs et dans la muqueuse. Vous l’avez sans doute reconnu, c’est l’un de mes chouchous ; c’est le 24/7 Glide on – Urban Decay en teinte « Mushroom ». C’est un gris chaud, très légèrement métalisé qui structure et définit discrètement le regard sans porter ombrage aux fards. Un coup de mascara Perversion – Urban Decay (en format Deluxe, pas en full size ! Le full size reste humide tellement longtemps que je me retrouve toujours avec du mascara sur la paupière) et j’en ai fini avec cette première palette.

Globalement, je suis conquise. C’est une palette qui me correspond tout à fait et que je recommanderais vonlontiers à une débutante. Les fards ont une pigmentation vraiment épatante et ont en prime une excellente tenue, sans recourir à un primer. J’adore.

Crash test #2 : Les blushes

Je ne sais pas ce qui m’a pris. J’ai craqué sur l’Ultra Blush Palette dans sa version « Golden Sugar 2 Rose Gold ». Ben ouais, je sais. Ca n’a rien à voir avec ce que je fais d’habitude. J’ai un truc en ce moment pour le Rose Gold mais de là à en mettre sur les pommettes, il y a une marge.

Reste que sur le coup, ça m’a semblé être une bonne idée. Je me suis dit « Hey, t’en as aucun de ceux-là ». (Ben oui, pour les étrangers au shopping compulsif, apprenez qu’avoir plusieurs fois la même teinte de tout plein de marques différentes ne pose aucun problème aux hystériques dont je fais partie). Mais là, c’est bien vrai, je n’ai aucune de ces teintes et je crois pouvoir affirmer sans me tromper que je n’ai jamais eu la moindre de ces teintes auparavant.

‘Savez pourquoi ?

Parce que je les aime pas trop.

Mais c’est ça le problème avec Makeup Revolution… ces petites palettes-là, à ce prix-là, avec ces petites merveilles de paillettes choupinettes, c’est comme la devanture d’une pâtisserie. C’est de la gourmandise. Je les regarde et je me lèche les babines parce que c’est adorable, frais, délicat, girly… mais ça change rien, c’est pas moi.

D’autant que la palette est bizarrement pensée. J’aime qu’elle présente deux bronzers mats mais leur pigmentation est faiblarde à mon goût. Et leurs teintes sont si pâles que le résultat sera subtil, forcément. Ou inexistant. Pour la définition du contouring, on repassera.

Le vrai problème vient du choix des blushes et de leur formulation. La sélection des teintes n’est ni faite ni à faire avec ces pastels hyper pailletés. On flirte dangereusement avec l’highlighter et puisque la pigmentation là encore n’est pas au rendez-vous, le résultat est décevant côté couleur. En revanche, la paillette, elle, se voit à mort. En particulier sur une peau dont le grain manque de finesse, ce qui est mon cas. Helloooo les pores !!!!

Bon sur ce coup-là, je suis à moitié en colère contre moi-même, parce que j’aurais pu deviner que les couleurs ne me conviendraient pas et à moitié contre la marque qui a formulé ses blushes n’importe comment.

Je me sens un peu bête devant mon miroir avec mon joli smoky et mes pores qui crient au secours. Il me reste encore la palette d’highlighters à tester mais je crains qu’ une autre couche de paillettes ne m’oblige à me démaquiller et tout refaire. Qu’à cela ne tienne, je reprends mon pinceau à blush et je me lance ! Appelez cela du professionnalisme. Ou de la naïveté, au choix.

Crash Test # 3 : Les Highlighters

Ce dernier test est sans surprise. Les highlighters font doublon avec les blushes de la palette précédente. Il ne sont pas plus pigmentés et leurs paillettes sont d’une finesse tout aussi contestable. Je peine à définir l’emplacement où j’applique la poudre (j’ai opté pour une sorte de « pêche ») tant ma joue est brillante. Je m’y reprends à deux fois et je n’y parviens pas davantage. Ca brille, ou la la, ça brille, et c’est moche. Et c’est grossier. Je suis vraiment déçue.

Et comme pour la palette précédente, il me semble que je me suis bien plantée, toute seule, en optant pour des dorés si froids et ce rose pâle. J’ai été bien curieuse et me voilà à poudrer à mort à la HD – Make Up Forever pour rattraper le tout et envisager de sortir de chez moi sans craindre qu’on me regarde comme une bête de foire. Je ne suis plus boule à facette, je suis blanche et je préfère ça.

Je rattrape comme je peux la catastrophe et je dresse un bilan mitigé au sujet de Makeup Revolution. J’ai véritablement été bluffée par la qualité des fards à paupière mais j’ai trouvé le résultat des blushes et de l’highlighter impardonnable. Ces derniers n’ont aucune finesse et vont même jusqu’à donner une impression « peau grasse à problème » là où l’on voudrait du velouté et de l’élégance.

Le choix des teintes est troublant ; on passe d’un produit bien pensé et bien formulé avec la palette Ultra Eyeshadows à un gros flou artistique, sans pigment et sans conviction. Pour moi, les deux autres palettes ont été baclées.

Si je devais me retrouver une nouvelle fois devant un stand de la marque, je ferais en sorte que mon coeur se taise et que ma tête reprenne le contrôle. Je garderais en tête les points forts et je resterais lucide sur les pulsions de gourmandise et sur les teintes qui me ressemblent ; cette religieuse au café, c’est 2 minutes de plaisir et 10 ans sur les hanches… Et bien pour les palettes blush et highlighter Makeup Revolution, c’est pareil. Régime !

Un commentaire sur « Gold & Glitters (Crash Test Makeup Revolution) »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s