Frais et Léger : Maquillage d’Eté

Le mercure monte et voici le temps d’un Get ready With Madame – Maquillage dans une version plus légère et plus résistante aux écarts de température. Farniente en terrasse, balade sous les arbres, métro, un cornet de glace en bord de mer, rv professionnel au pas de course et autres réjouissances du quotidien… réclament quelques ajustements au-delà des 25°c. Facile !

Alléger sa routine maquillage revient à repenser 3 choses :

  • les textures et les compositions
  • les techniques
  • les couleurs

Pour ce qui est du soin, la température n’est pas encore assez élevée pour que je range mon Hydrabio – Biotherm que je trouve toujours aussi confortable et convaincant. J’ai pu le voir à l’oeuvre par 28°c – sans possibilité de poudrer dans la journée – et il tient la route, ce qui, en termes plus élégants, signifie que la peau reste confortable et le maquillage ne bouge pas, même en fin d’après-midi. Juste ce qu’il nous faut.

Restons réalistes cependant, je vous propose ici un maquillage qui va vivre avec vous dans la journée, pas un maquillage de scène de spectacle à toute épreuve. Mes petits trucs à moi ne tiendront évidemment pas le choc si vous vous retrouvez coincée dans une rame de métro bondée entre deux stations. Le maquillage vivra, disais-je, le tout est de l’aider à vivre bien, sans bavure et sans accident regrettable.

Eté comme hiver, la base d’un maquillage réussi repose sur le soin. Il faut qu’il soit adapté à la peau et à la saison autant qu’à la texture du fond de teint.  Lorsqu’il fait chaud, évidemment, on privilégie les formules légères qui vont maintenir une bonne hydratation, protéger de la pollution et idéalement des UV. Si vous cherchez un produit pour l’été, voilà votre checklist.

Moi, je garde mon obsession pour l’hydratation et j’ai trop peur de bousiller l’équilibre fraîchement retrouvé de ma peau pour me lancer dans tout un tas de tests (notez que j’adore ça). J’ai toujours sur sur mes étagères l’Ultra Facial Oil-Free Lotion – Kiehl’s, très frais à l’application (sans doute parce qu’il contient de l’alcool), mais sa texture-gel est plus collante. Le pinceau fait des marques, glisse difficilement et rallonge le travail du teint. Le résultat manque de finesse et nécessite ensuite une plus grande quantité de poudre.

Mister Curves semble trouver cette lotion Kiehl’s à son goût et je lui laisse bien volontiers le full size que je me suis offert ; en revanche, je testerais bien cette formule en pleine canicule, pour voir. Pas touche à mon format voyage, donc.

Mon cœur appartient à Hydrabio, c’est certain mais il est un détail qui m’agace au plus haut point avec ce produit : le tube est horrible et je suis malheureusement contrainte de le couper aux ciseaux – et donc de le conserver avec une sorte de pince de bureau dans mon tiroir – pour pouvoir le finir. Se battre avec une pince le matin entre le petit-déjeuner et le trajet pour l’école est un détail qui compte. Aussi, je pense investir prochainement dans un de ces tubes souples pour transporter ses cosmétiques en avion et le remplir avec mon prochain Hydrabio. Faut-il que j’aime ce produit pour jouer les petits chimistes à le transvaser !

Dans ma routine d’été, je conserve mon Dream Wonder Nude – Maybeline car sa texture liquide le rend léger et confortable. Je change en revanche sa teinte en milieu de saison, quand ma peau est un peu plus hâlée et, bien sûr, je diminue les quantités pour une couvrance plus transparente. Je conserve mon pinceau Real Techniques pour une application régulière, tout en finesse. Je ne pourrais plus revenir à une application aux doigts ; c’est tellement vingtième siècle ! Condescendance mise à part, je n’abandonnerais cette routine du pinceau à fond de teint pour rien au monde. Il y a 3 ans, je trouvais les pinceaux et les éponges prétentieuses et inutiles. Aujourd’hui je ne jure que par eux. J’aime trop leur rendu si naturel. Et qu’on se le dise, un fond de teint n’a pas pour vocation de pénétrer dans la peau. Ça ne se masse pas, ça ne se frotte pas, on se calme, on y va gentiment…

Puisqu’on diminue les quantités de fond de teint, le résultat est moins porcelaine ; pour un fini plus uniforme, je prends ce Pinceau à Eyeliner – Real Techniques et je suis les conseils de Lisa Eldrige en appliquant une toute petite quantité sur les rougeurs et les imperfections. C’est assez simple et relativement rapide quand on a l’habitude et qu’on utilise les bons outils. Débutantes et passionnées, si vous ne connaissez pas, réservez votre weekend tout entier pour plonger dans ses tutoriels. Une boîte de chocolats youtubesque… miam ! On soulève le couvercle « juste pour voir » et naturellement, on ne s’arrête pas.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Pour les cernes et les ailes du nez, je change pour un pinceau à fond de teint plat et là encore je suis très appliquée et je construis la couleur par petites touches en tapotant et en évitant d’étaler le produit. La technique compte. On n’étire pas la matière sous les yeux, on ne frictionne pas. On tapote et on prend les plus grandes précautions pour ne pas abîmer cette zone si fragile du visage.

Je n’ai pas encore percé le mystère des anticernes (j’en ai quand même 5 ; pour quelqu’un que le sujet ne passionne pas, je m’en sors pas mal) mais je comprends que le sujet est grave et la tâche infiniment ardue. Couvrant ou pas, gras ou sec, plus clair ou pas que le reste du teint, avec ou sans correcteur de couleur… ? Je n’en ai pas la moindre idée…

Pour la poudre, je ne change pas et j’applique un voile de la HD – Make Up For Ever que je trouve tout terrain. Je voue un culte pour ce produit qui ne me quitte pas depuis peut-être une quinzaine d’années (est-ce possible ?). Excellent rapport qualité/prix, conditionnement pratique, finesse incomparable, je lui suis fidèle et elle me le rend bien. Le grand amour… Sur tes textures crémeuses ou à l’inverse plus fines, elle matifie tout en transparence à condition de s’en tenir à une toute petite quantité. Si vous avez la main un peu trop lourde, c’est le Musée Grévin assuré.

S’il fait chaud, je bannis les textures crèmes qui me sont chères en hiver. Adieu mes blushes Breezy Cheek – Une ; on se retrouve en octobre… J’opte à la place pour la Palette de Teint Naked Flushed – Urban Decay en teinte Flushed, un grand classique. Il est rare pour moi de creuser un produit à ce point ; en général je me lasse, je craque sur autre chose, je change d’avis, j’oublie l’existence du produit, je suis en somme parfaitement inconséquente… mais cette palette-là est top car elle contient tout ce qu’il faut pour sculpter le teint sans en faire trop.

Le bronzer à gauche s’utilise pour creuser les joues, redessiner les mâchoires ou rehausser la racine des cheveux. A droite, le blush permet de donner bonne mine, posé sur le bombé des joues. Au centre, l’highlighter permet d’apporter un peu de lumière sur le haut des pommettes, l’arc ce cupidon, le nez et  le front. Pour les trois, mieux vaut avoir la main légère et construire au fur et à mesure. En cas d’erreur, un petit coup de pinceau à poudre (sans rajouter de poudre) et le problème est réglé.

Pour les yeux, j’ai choisi des couleurs plus claires que je floute au pinceau. Pour ce look, j’opte pour le Cream Crush Lasting Colour Eyeshadow – Kiko en Pearly Gold que je souligne légèrement avec un trait flou de 24/7 Glide-On Eye Pencil Waterproof – Urban Decay en couleur Smog.  Les deux produits sont légèrement irisés et s’accordent très bien avec l’highlighter pour un résultat légèrement satiné, sans utiliser de texture crémeuses. La texture crème du fard crème Kiko sèche instantanément et tient longtemps sans filer dans le crease de la paupière.

J’ai l’impression qu’à mon âge (bientôt 40 ans), un teint trop mat a tendance à plomber le visage. Les poudres se glissent dans les petites ridules et soulignent l’irrégularité du grain de peau. Ce combo de petites touches un peu plus lumineuses sur une base mate est un bon compromis, ni boule à facettes ni naphtaline.

Pour une meilleure définition du regard, je brosse mes sourcils avec un Gimme Brow – Benefit en teinte Medium. Les crayons khôl ou kajal sont à proscrire parce qu’ils sont trop gras et risquent de filer avec la chaleur. D’une manière générale, je recommande de choisir des crayons plus secs, de les appliquer avec finesse et de les fondre à la racine des cils. Le résultat sera sans doute moins net mais moins risqué. Si vous voulez un résultat net et longue durée, mieux vaut opter pour des produits waterproof et s’assurer d’une tenue indéfectible de tous les autres produits. Rien de plus moche à mon avis qu’un trait noir d’eyeliner sur un maquillage qui n’a pas résisté à la transpiration. Idem pour ces rouges mats très longue tenue sur un teint qui a souffert. Affreux.

Je me contente d’un résultat flou qui va me permettre de passer la journée sans avoir peur de voir mon maquillage filer. J’ajoute juste un peu de mascara pour structurer le regard mais comme d’habitude, j’ai la main légère. Le choix du mascara est capital en été parce qu’un peu de transpiration suffit pour faire couler la matière et changer des yeux de biche en un regard de panda qui s’est pris une beigne.

J’exclus sans le moindre scrupule le Perversion – Urban Decay  beaucoup trop liquide et trop instable et j’opte pour le Better Than Sex – Too Faced qui tient nettement mieux la distance. J’évite les waterproof pour ma part parce qu’une légende urbaine – ou pas – les accuse de faire tomber les cils à la longue. Et parce qu’ils sèchent mille fois plus vite que les autres. Je pense qu’en termes de mascara, il en existe des classiques (non waterproof) qui font très bien le job en pleine canicule.

Pour finir, je choisis un peu de crayon gloss Color Boost – Bourjois en teinte Prune Russe, une version tout en transparence des jumbos mats que j’affectionne en hiver (je pense évidemment à la gamme Colorburst de Revlon). Les deux marques se ressemblent au point que je peine à les reconnaître entre eux.  Je ne suis pas trop fan des roses-bonbons un peu trop tartes ou bimbo. Y compris en vernis. Ils ne me vont pas et je trouve que quelle que soit celle qui les porte, ils font un effet dents jaunes du meilleur goût.

Ce que j’apprécie dans les Color Boosts peut être perçu par certaines comme un défaut, je suppose. J’aime que la matière fonde et sèche rapidement en transparence. Les lèvres sont redéfinies en deux secondes et la couleur s’estompe sans laisser de traces. C’est un produit génial pour finir un maquillage subtilement. Si je n’avais pas un brushing pour encadrer mon visage, j’aurais sans doute opté pour un nude plus proche de ma carnation mais avec les cheveux lisses et la frange, cette couleur Prune Russe convient à tous les looks casual. Une chemise blanche en lin et un jean, un t-shirt et une saharienne, une robe à fleurs, ce maquillage s’accorde avec tout mais est peut-être un peu moins approprié pour une tenue plus chic. Quoique…

Un commentaire sur « Frais et Léger : Maquillage d’Eté »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s