Vernis d’Hiver

Des vernis OPI et Essie pour finir un look grande taille en beauté

Oui je sais, il est encore tôt dans la saison mais puisqu’il gèle déjà le matin, je me permets quelques libertés. J’adore l’hiver, j’adore le froid, l’atmosphère grise et froide ou festive, c’est selon. Pour le maquillage, les accessoires, les coupes des vêtements moins molles et plus formelles, je me régale dès que sonne la fin septembre. Je crois l’avoir écrit déjà au moins une fois, mais vous vous rendrez très vite compte que radoter fait partie de mes nombreux défauts.

L’hiver aussi, j’aime les couleurs moins fifilles, moins corail-cucul pompon, moins pastelles et pour moi, le vernis n’échappe pas à la règle. Bien sûr, j’aurais pu ajouter à cette petite sélection un nude qui marche à n’importe quelle saison mais c’eut été trop facile et c’eut été gâcher aussi l’occasion de faire un article complet sur le sujet -ce qui en vaut la peine selon moi.

En termes de marques, vous l’aurez remarqué, j’ai un petit faible pour OPI et Essie, mais j’aime aussi Ciaté – que j’ai découvert récemment avec un mat rigolo plutôt estival – et Une dont la tenue est formidable selon moi. J’ai une laque Peggy Sage qui ne bronche pas depuis des années mais je reviens toujours à mes habitudes ; OPI reste la marque que j’achète les yeux fermés. J’ai remarqué que la tenue des Essie varie d’une couleur à l’autre, curieusement, et c’est le genre d’inconstance qui me rend dingue et rancunière. Je suis très attachée à une couleur chez Essie et j’y reviens toujours tant je l’aime mais pour la marque, mon coeur est à OPI. Chaque fois que je me rends aux Etats-Unis, j’en bourre mes valises.

Cette petite sélection que je vous propose sent bon le sapin et le lait de poule, le feu de bois et la cannelle, évidemment. A mes yeux en tous cas.  Je me suis amusée à fouiller dans mon panier à manucure comme une petite fille plongerait la main dans un bocal à bonbons. C’est tellement ça, le vernis à ongles ! Acidulé, régressif, doux et sucré. Et très femme aussi.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Bogota Blackberry – OPI

Pour un effet plus « party time », j’ai pris les photos en tenant un photophore doré que j’ai déniché récemment chez Monoprix. Jingle Bells, Jingle Bells… et voici pour commencer une valeur sûre dans ce flacon Bogota Blackberry – OPI. C’est le flacon tout à gauche dans la coupelle (également Monoprix). Je n’ai passé qu’une seule couche ; une deuxième lui eut donné un rendu plus velours et plus profond, parfait avec une tenue all black, une dentelle fine ou un chemisier en soie blanche. Mais avec le jean – qui reste mon mètre étalon – ça marche super bien aussi à condition de ne pas être débraillée. Un pull épais, une chemise en popeline, une grosse écharpe lui iront à merveille. Mais on oublie le jogging du dimanche. Même le dimanche. Les paillettes sont ultra fines, ce qui rend la couleur riche et opulente. J’adore.  Hop, dans la poche !

Reste qu’une manucure digne de ce nom mérite une base coat, 2 couches de vernis et un top coat pour tenir un tant soit peu. Sur moi en tous cas. Lorsque je confie ma manucure à des professionnels, c’est évidemment encore mieux avec une tenue incomparable de presque une semaine. Il faut dire pour ma défense que ça me prend moitié moins de temps, que je n’ai pas de lampe à UV et que je tape sur ordinateur toute la journée. On fait ce qu’on peut.

On voyage encore avec Midnight in Moscow – OPI, une couleur profonde et riche qui fait merveille à la saison surtout sur un teint porcelaine. Laine, soie, jean, popeline, tout lui va.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Midnight in Moscow – OPI

Cette couleur est très cerise noire et effectivement, la référence à la Russie me parle. Ce vernis-là fait merveille avec le bleu néon du  foulard Le Bazar des Poupées Russes dont je vous ai déjà parlé. C’est une couleur qui ne rigole pas, une couleur très femme fatale qui ne souffre aucune micro écaille sous peine d’avoir l’air d’une souillon. De toute façon, je ne supporte pas les écailles, même microscopiques et même sur un nude. Mais il est vrai que sur ce genre de couleurs ça passe encore moins.

Le suivant est un pas de côté dans mes habitudes, un craquage déraisonnable et que je vais peiner à assumer.  C’est le Getting Groovy – Essie. Je l’aime bien, parce qu’il est fête, mais je le trouve assez ingrat, finalement. Je trouve qu’il délave la peau et qu’il ne souffre pas la moindre sécheresse et la plus petite imperfection. Les cuticules sont ses ennemies et sans doute va-t-il mieux sur une peau hâlée, ce qui n’est pas mon cas.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Getting groovy – Essie

Il est vrai que sur ce photophore, il est un peu pâlichon mais si on se force un peu et qu’on se concentre très fort, on peut lui trouver quelques autres qualités que faire boule de Noël. A mon humble avis, pas question de jouer les princesses d’un soir en l’associant à une robe longue ou une tenue trop guindée. On a voulu du festif, on l’assume ! Un chemisier rouge ou une robe rouge, pour moi, c’est ce qui irait le mieux pour réchauffer un peu la peau. Si les couleurs froides ne sont pas incompatibles, j’ai tout de même un peu peur qu’elles viennent souligner votre teint d’hiver, associées à ce vernis-là. Pas question d’avoir l’air crevée en buvant du champagne : on réhausse et on réchauffe ! Et qu’ça saute !

Je vous présente maintenant l’un de mes favoris ; c’est celui que je porte souvent lorsque je prends des photos de cosmétiques. Il porte le doux et incompréhensible nom de You don’t know Jacques – OPI. Je m’interroge à chaque fois sur le processus que suivent les marketeux de chez OPI et Essie pour pondre des noms pareils. Notez que je trouve toujours l’idée rigolote mais il se trouve pour celui-là qu’il porte le nom d’un des mes ex ; sorry OPI but I do know Jacques.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
You don’t know Jacques – OPI

J’aime le rendu laqué et intemporel. Il va avec tout – même avec le jogging du dimanche, qui l’eut cru ? En revanche, il nécessite deux couches ; c’est systématique avec les laques. Il va à tous les teints et à toutes les occasions depuis le cinéma du samedi matin aux dîners de l’ambassadeur. Je l’adore.

Le suivant est un peu troublant ; dans la coupelle, il a presque l’air rouge mat mais c’est loin d’être le cas. C’est le Color to diner for – OPI, encore un nom à se poser des questions existentielles à mon avis. Je l’imagine assez bien avec tous types de tenues, depuis la marinière épaisse -pas trop légère parce que l’on reste sur un vernis d’hiver pailleté un peu too much en été- à la robe fourreau.  Il est peps, rock, déluré et riche et lorsque je le porte il me vaut assez souvent des compliments, ce qui n’est pas pour me déplaire. Je vais le regarder d’un autre œil à partir de maintenant, c’est promis. D’ailleurs je vais le porter dès ce soir ! Voilà !

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Color to diner for – OPI

One thought on “Vernis d’Hiver

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s