Rouge VS Rouge : le Battle

Rouge à lèvres pour compléter un look plus size

Toutes les femmes aiment le rouge. Enfin je crois. L’assumer est une autre paire de manches. Porter un rouge, sur moi en tout cas, c’est le même mécanisme psychologique que porter des talons ; il y a quelque chose d’impliquant dans le rouge autant que dans le fait d’enfiler une paire d’escarpins pour la toute première fois.

Il y a longtemps que je me suis réconciliée avec la mode. Je suis féministe suffisamment pour m’insurger qu’on utilise systématiquement l’image de la femme à tout bout de champ à des fins commerciales ou politiques et dans l’absolu, je trouve l’idée de s’épiler, marcher sur des talons hauts ou attendre qu’on me tienne la porte complètement absurde. Mais femme varie dit-on  (oui, oui, je trouve ce dicton débile aussi) et je dispose maintenant d’une petite collection d’escarpins, d’un épilateur électrique de toute beauté qui fait de la lumière et je ne suis pas à quelques contradictions près, comme vous pourrez le constater encore de nombreuses fois.

Parlons du rouge, donc. Des rouges plutôt parce qu’il y a tant de textures, de nuances, de tenues différentes qu’il est difficile de se lancer et de savoir par où commencer. Suivez-moi, je vous emmène…

Quelques règles de base :

Le teint

Il faut le savoir, le rouge est aussi traître qu’il est sublime. Le rouge n’aime pas l’acné, les cernes, la couperose, les petites inflammations et pour couronner le tout, il délave le teint. Sympa le rouge !

Avant d’envisager d’en porter un, mon conseil est de s’assurer de disposer d’un joli blush, d’un correcteur qui fait bien le boulot et des pinceaux ou éponges adéquates pour faire un teint sans défaut mais pas masque non plus. Si vous avez la main lourde sur le teint, le résultat fera too much. Mais si vous négligez de corriger les imperfections (contours des yeux, cernes et poches, ailes du nez, petits boutons ou petites rougeurs mêmes discrètes), l’application du rouge à lèvres va les mettre en valeur.

Pensez aussi à bien hydrater la peau et les lèvres, c’est indispensable. Petites sécheresses cutanées et autres gerçures adorées vont être plus visibles une fois le rouge appliqué.

Les yeux

Pour les yeux et les sourcils, il est préférable de rester sobre. Point de smoky extravagant, d’eye liner épais ou de faux cils sous peine de passer soit pour une speakerine des années 80 soit pour une copie de Lady Gaga. J’opte en général pour un beige très naturel mat qui va lisser la paupière et illuminer très discrètement le regard. Un bon mascara pas trop épais, depuis le ras des cils et c’est tout. Attention toutefois à travailler les cils avec une brosse ou un goupillon pour un effet « éventail » des plus élégants.

Le confort

Choisir un rouge, c’est penser aussi au confort. Je parlais plus haut de la difficulté parfois d’assumer cette couleur (et les couleurs foncées en général) et porter un rouge à lèvres inconfortable peut vraiment être pénible. Par « confortable », je veux parler des rouges à lèvres qui rendent les lèvres collantes ou avec une étrange impression de pellicule moitié velours moitié asséchante ou à l’inverse tellement riche que la matière se loge dans la commissure des lèvres ou colore les dents…

Vous l’aurez compris, mieux vaut éviter de porter un rouge à lèvres pour la première fois le jour d’une soutenance, d’un entretien d’embauche ou de la rencontre avec les beaux-parents. Idéalement, portez-le un peu chez vous pour voir comment il évolue dans la journée. Vous verrez s’il s’efface joliment ou s’il file dans les plis à la moindre gorgée de café.

La tenue

Attention également à votre look. Le rouge fait partie de ces « petits détails » qui peuvent vous rendre trop sexy, trop apprêtée, trop tout en quelques secondes. Il s’accommode assez mal du kit complet talons vertigineux + robe moulante + décolleté profond.

L’intendance

Oui, porter un rouge, c’est du boulot. Et mieux vaut emporter avec soi le nécessaire pour en remettre s’il n’en fait qu’à sa tête et pour se repoudrer les nez aussi. Il m’est arrivé assez souvent de tacher un vêtement ou me mettre du rouge sur le menton en mordillant mon stylo par exemple. C’est très chic. Mais briller, jamais ! Je peux au moins être fière de cette petite victoire-là.

Le rouge est évidemment à proscrire au-dessus de 28°c.

Froid VS Chaud

SAMSUNG CAMERA PICTURESDes rouges, il y en a plein ; profonds, rocks, jeunes, intemporels, électriques ou charismatiques. Il y en a autant qu’il y a d’adjectifs pour  qualifier l’attitude d’une femme. Il peut être hautain, espiègle, dur ou charmant. C’est peut-être pour cela qu’il fascine.

Pour commencer ce petit « battle », je vous propose d’opposer la couleur froide du « Russian Red » – Mac (19€) au peps chaud de l’Audacious  Lipstick « Annabella » – Nars (30€). Le premier est un rouge-bleu et l’autre un rouge-orangé.

J’aime les deux couleurs mais je ne les porte pas de la même manière. Le « Russian Red » de Mac est un grand classique. SAMSUNG CAMERA PICTURESIntemporel, chic, haltier, je le marie volontiers avec des talons hauts et une tenue chic, noire de préférence. C’est un rouge qui impressionne, qui tient ses promesses, une couleur franche et racée.

L’Annabella est plus espiègle, plus vitaminé, plus jeune aussi. J’ai tendance à le préférer en mi saison, quand la lumière reste belle et que les tenues ne sont pas trop chaudes. En hiver, je le trouve un peu trop électrique. Il aime le noir aussi mais convient très bien pour un casual chic jean/baskets. C’est sans nul doute mon rouge préféré parce qu’il donne la pêche, qu’il sort des rouges neutres ou froids plus classiques. S’il pouvait parler, il dirait un truc du genre « Carpe diem » ou encore « J’ai peur de rien ».

Crémeux VS Mat

Tout n’est ici qu’une question de goûts et de préférences. J’ai plusieurs teintes dans des finitions différentes et force est de constater que je me tourne plus volontiers vers les formules riches ou satinées plutôt que vers les mats.

rouge-edition-velvet_15_red-volution_ferme__1Les mats durent en général plus longtemps mais je n’aime pas la manière dont la couleur s’estompe au fil des heures. Il y a des produits infaillibles (ou presque) qui ne s’estompent pratiquement pas et pour moi c’est l’horreur. Je pense aux Rouge Edition Velvet – Bourjois (que j’ai acheté en Frambourjoise et Hot Pepper avant de les donner à une amie) qui sont encensés par beaucoup de Youtubeuses. Je reconnais qu’ils tiennent leur promesse assez bien et restent longtemps en place sans retouche. Somme toute, c’est un bon produit, mais je ne l’aime pas.

Moi, j’aime que le maquillage vive un tant soit peu et pour moi, un rouge à lèvres qui ne bouge pas alors que le reste du teint a évolué dans la journée, c’est un fashion faux-pas. Des lèvres impeccables sur une base qui ne l’est pas, ça me donne l’impression d’avoir rafraîchi le maquillage de la veille.

Moi, je porte les mats pour aller boire un verre, idéalement à la paille, mais pour les réunions de travail et les soirées chics, j’opterai davantage pour un rendu plus satiné qui s’estompe peu à peu. Je suis plus à l’aise avec ces textures-là que je sens mieux sur mes lèvres.

Crayon VS Baume

SAMSUNG CAMERA PICTURESPour les plus pressées qui n’ont ni l’envie ni le luxe de pouvoir prendre 10 minutes le matin pour appliquer un rouge, les crayons et les baumes sont parfaits. Là encore, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. De finition matte en version baume, il est préférable de prendre son temps avant de choisir.

J’ai pour ma part jeté mon dévolu sur un crayon Velvet Matte Lip Pencil « Pop Life » – Nars (25€) et j’en suis relativement satisfaite. Sa texture n’est pas trop sèche pour un mat mais elle le devient au fil des heures. Pour autant, j’apprécie qu’il ne soit pas très longue tenue et qu’il s’efface progressivement. J’aime aussi que la couleur se construise en plusieurs passages. Certains produits vous laissent assez peu de latitude pour reprendre la couleur tant ils sont pigmentés et sèchent vite. Ce n’est pas le cas de celui-là.

SAMSUNG CAMERA PICTURESGros bémol en revanche, il nécessite un taille crayon, ce qui n’est pas des plus pratiques, surtout si vous cherchez un produit à glisser dans votre sac. Il est parfait pour cet usage, à condition de le tailler à l’avance ou de s’imaginer le tailler au-dessus d’une poubelle de bureau, de resto ou que sais-je encore. Moi, je ne me vois pas le faire.

A choisir, je préfère largement le Colorburst « 250 » – Revlon (9.03€ sur Amazon ; je l’ai eu dans un « coffret » de Noël dans mon magasin Monoprix l’année dernière ou l’année d’avant), à la fois mat, doux et confortable. Je le trouve facile à appliquer, hyper pratique avec son système de molette et sa tenue est tout à fait honorable. Au bout de quelques heures (sans manger ni boire), la couleur garde son éclat. En buvant et en mangeant, elle s’efface rapidement sans faire parler d’elle. Essuyez-vous la bouche et elle redevient naturelle. Ça me va parfaitement ; si je veux en remettre, je préfère repartir des lèvres nues plutôt que de tenter un improbable raccord de couleur.  C’est celui que je porte (voir photo). En revanche, son parfum mentholé est atroce.

$$$ VS $

Il y a quelques années, je n’aurais juré que pour les rouges de luxe, à commencer par Chanel et Yves Saint-Laurent. Mais les budgets sont parfois élevés, il faut bien le reconnaître. Reste que pour un rouge intemporel, indémodable, on peut à mon avis investir dans un produit de luxe si on a envie de se faire plaisir. Au-delà du raisin, le packaging est parfois d’une élégance folle. Par exemple, le clic du capuchon aimanté des Audacious Lipsticks sonne comme une petite merveille de finesse et de discrétion. Le packaging est mat, chic, design et le plaisir de l’ouvrir, l’appliquer puis le refermer est sans cesse renouvelé. J’ai mis des semaines à me décider sur l’achat de mon premier tube ; j’avais l’impression que c’était impliquant et, finalement, à l’époque ça l’était.

SAMSUNG CAMERA PICTURESPour autant, il existe des produits nettement moins chers et d’une qualité tout à fait honorable. Il y a quelques jours, j’ai réalisé un haul chez Kiko Milano et j’ai choisi (entre autres) les 2 rouges Smart Lipstick ci-dessous (932 « Orange Red » et 933 « True Red ») au prix de 3,90€ l’unité.
La marque les  présente comme des rouges à lèvres « riches et nourrissants » et c’est plutôt vrai.

SAMSUNG CAMERA PICTURESJ’apprécie néanmoins leur texture légère, nettement moins opulente que les Nars, car je la trouve plus facile à assumer au quotidien.

Pour débuter, je les trouve très bien ; ils sont confortables et bien pigmentés sans tacher la peau en cas de faux mouvement. La taille du tube est parfaite pour la glisser dans un sac et le système de fermeture est pensé pour que le rouge ne s’ouvre pas par accident.

Je les aime bien et leur rapport qualité/prix est imbattable.

Les outsiders

Les feutres Kiko

SAMSUNG CAMERA PICTURESToujours chez Kiko Milano, mais dans la catégorie « Flop intersidéral » cette fois, les Long Lasting Colour Lip Markers au prix unitaire de 6,90€. Ils portent très bien leur nom, l’application revient à se saisir d’un marqueur et à suivre religieusement le contour des lèvres puis remplir l’intérieur. On colorie, donc.

Je ne sais pas pour vous mais moi, en coloriage, je n’étais pas trop mauvaise à l’école alors si le rendu est une succession de tâches affreuses, une couleur absolument pas uniforme, une sensation de sécheresse désagréable, ce n’est pas parce que je me débrouille comme un manche, c’est que le produit est absolument nul.

J’ai essayé ces deux couleurs « True red » et « Apple Red » et je les déteste tous les deux avec cependant une mention spéciale pour l’ignoble « Apple Red » (le violet ; il faudra qu’on m’explique le jeu de mot, en passant… ah tiens, non, en vérifiant sur Internet, il existe effectivement aux Etats-Unis des pommes violacées et brillantes tout à fait improbables. Soit.). Si le premier est terne, plat, impossible à construire malgré de nombreux passages, le second donne le rendu des lèvres d’un cadavre qu’on aurait tiré d’un lac gelé. Véridique. Second test sur une amie, second échec cuisant. A jeter.

Baumes transparents

SAMSUNG CAMERA PICTURESEnfin, on peut citer les baumes transparents tel que celui-ci qui fait partie de ces vieux produits dont je n’ai pas le coeur de me séparer. C’est le Rouge Coco Shine « Rebelle » – Chanel (35,5€ sur Sephora, dans d’autres couleurs car celle-ci n’existe plus). Je l’ai également dans une couleur violine mais depuis si longtemps que je n’ai plus la référence exacte.

Si le violine donne un résultat un peu naturel, glossy et élégant, j’ai un peu de mal avec sa version « Rebelle ». Je la trouve un peu fade : ni rouge, ni baume, ni gloss, ni crème, sans personnalité finalement. A ce prix-là, c’est vraiment dommage. Mais force est de constater que ces produits rencontrent un fort succès puisque la marque en propose toujours.

Moi, même pour le violine, je ne retournerai pas à cette gamme. Le rapport qualité/prix/plaisir n’y est vraiment pas en ce qui me concerne.

And the winner is…

Le Colorburst – Revlon, sans conteste pour la qualité de ses pigments, la praticité du packaging, la facilité d’application, le confort sur les lèvres et le rapport qualité/prix. Je passe au-dessus du parfum improbable du raisin pour toutes ces très bonnes raisons. Je vous le recommande.

La photographie du Rouge Edition Velvet – Bourjois est issue du site de la marque

7 thoughts on “Rouge VS Rouge : le Battle

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s