Brun, bronze et nude

Je ne sais pas pour vous, mais quand l’automne revient, je suis loin d’être chagrinée. Je préfère la mode des superpositions à celle des robes légères. J’aime les vestes, les tombés plus lourds et plus nets, les accessoires et les allures plus structurées. Me revient alors le fantasme de la campagne anglaise, des bottes en caoutchouc et du tweed dans la brume… Je trouve l’idée de la brume et des promenades au petit matin chics. Bizarre…

Mon truc, c’est le classique, le basique, l’intemporel, les jolies coupes. Le petit détail, c’est une paire d’escarpins un peu rock, un accessoire fort mais pas décoiffant au point d’avoir honte dans dix ans de me revoir en photo. Enfin je crois… Pour le maquillage aussi, je préfère les valeurs sûres à l’audace éphémère d’une mode qui passera comme elle est venue. Des bruns, des bronzes, de l’or pour les yeux, un blush crème bois de rose et un baume nude pour les lèvres et le tour est joué.


Comptez environ 20 minutes pour réaliser ce maquillage. Pour ce faire, je vous recommande de vous appuyer sur les précieux conseils de Lisa Eldridge.

Je maquille les yeux en premier pour assurer plus de tenue et éviter les chutes difficiles à effacer sur le fond de teint. Ça marche vraiment.

Pour ce maquillage, j’ai choisi  :

1.  Fard mat « Whiskey » (3e en partant de la droite – sur l’ensemble de la paupière mobile, le crease et au ras des cils du bas) – Palette Naked Smoky Urban Decay

2. Fard shimmer « Radar » (3e en partant de la gauche – Au centre de la paupière mobile, par dessus le fard Whiskey) – Palette Naked Smoky Urban Decay3

3. Fard « Combust » (2e en partant de la droite – sous la ligne de sourcils) – Palette Naked Smoky Urban Decay

Les fards mats demanderont plus de pratique et il vaut mieux y aller petit à petit plutôt que d’appliquer beaucoup de matière en une fois (surtout s’ils sont très pigmentés, ce qui dépend des marques). Avec Urban Decay, la plupart des fards ont une bonne pigmentation et ne sont pas trop poudreux. Les « shimmers », légèrement pailletés, ont quant à eux pour désagrément d’être un peu plus volatiles. Attention, donc à bien souffler sur le pinceau quand vous en choisissez un comme le Radar.

octobre

4. Crayon Glide On « Corrupt » – Urban Decay (Au ras des cils supérieurs et dans la muqueuse ; arrêtez-vous aux 3/4 en affinant le trait pour le fondre dans les cils afin de ne pas fermer le regard. La couleur Corrupt se fond dans les bruns pour un rendu casual.

Pour un effet plus intense, vous pouvez choisir un noir plus profond, pas trop gras pour éviter qu’il ne file mais estompez-le pour éviter un résultat trop net. A moins que ce ne soit votre objectif.

5. Mascara « Big Fatty » noir – Urban Decay. Pas trop liquide, il sèche vite sur les cils (à la différence du Perversion de la même marque), ce qui permet de travailler la coiffure sans que le sèche cheveux ne vienne ébouriffer les cils.

Moi je préfère les brosses en silicone car elle trouve qu’elles séparent mieux les cils mais je ne sais pas pourquoi j’ai tendance à me les mettre dans l’oeil un peu plus souvent que celles qui sont en fibres. Mais enfin, il faut parfois savoir vivre dangereusement d’autant que le tube du Big Fatty contient beaucoup de produit et à ce prix, c’est un plus non négligeable. Avec une utilisation quotidienne, il me suit pendant deux ou trois mois. Un record…

604214760271_bigfatty

6. Brow Wiz « Medium Brown » – Anastasia (pour les sourcils). Pratique avec ses deux embouts,  il est vraiment parfait. D’un côté, un embout qui se twiste avec une mine très fine et de l’autre, un embout goupillon pour discipliner les sourcils. Le résultat est plutôt naturel à condition de bien brosser le surplus et d’avoir la main légère sur les coups de crayon.

J’ai horreur des sourcils sculptés comme si on les avait dessinés au marqueur. Je trouve que ça fait masque Nô un tantinet flippant. L’arrivée de Cara Delevingne sur les podiums a ouvert la porte à tout un tas d’extravagances en termes de matières, de couleurs et de graphismes (si si, on parle bien des sourcils). Tatoués, teints, rasés, redessinés, recouverts de gel ou de baume, j’ai l’impression qu’on veut leur faire plein de misères à tort.

En ce qui me concerne, je préfère les foncer légèrement, histoire de donner un peu plus de structure au visage plutôt que d’attirer l’attention dessus. Mais les goûts et les couleurs, bien sûr… En somme vous faites bien comme ça vous chante.

7. Pinceaux « Smoky Shadow Pro » – Sephora pour poser la matière et le « Deluxe Crease Brush » – Real Techniques pour estomper. Touffu, épais, avec des poils à la bonne longueur pour déposer les fards sans en mettre partout (les pinceaux aux poils plus souples et plus longs ont tendance à en éparpiller davantage), le « Smoky Shadow Pro » est tout nouveau dans ma trousse et je n’ai pas encore décidé s’il apportait un véritable plus.  Je réfléchis, je réfléchis… allez, oui, je le trouve chouette.

Je me débrouillais avant avec un pinceau plat et fin et l’opération nécessitait que je fasse pas mal d’allers-retours entre la palette et mes paupières. Je flouttais ensuite avec le « Deluxe Crease Brush ».  

Le « Smoky Shadow Pro » me fait gagner un peu de temps et il permet de bien commencer le flouttage. (Ça se dit flouttage ?!!) Mais je termine tout de même par le « Deluxe Crease Brush » qui a totalement révolutionné mes smokys (et mon quotidien en général). Il gomme, adoucit et arrive à donner un rendu subtil à ce qui s’annonçait comme un maquillage « yeux de panda » raté. Je ne peux plus m’en passer.

Urban Decay - Smoky - Brun et bronze

Pour le teint, j’ai opté pour mes valeurs sûres :

blush_grand_air_b07_ouvert

1. Fond de teint Dream Wonder Nude « Sand »  – Maybelline. C’est un fond de teint hyper liquide, d’une couvrance moyenne et qui existe en une grande quantité de teintes.

Je le trouve parfait pour ma peau mixte et, miracle, en choisissant un hydratant adapté à la saison et à mon programme de la journée (quand je fais du scooter, ma peau est clairement plus agressée par la pollution et l’air que les jours où je reste sagement à la maison et je dois la protéger avec une bonne couche de crème), il me dure toute l’année.

Je dois tout de même varier les teintes, en fonction du hâle de ma peau.

Il est confortable, ne fait pas masque, s’applique en un rien de temps avec un pinceau ou une éponge. Je le trouve facile à retravailler avec un fard crème ou un highlighter liquide. Un autre coup  de pinceau et les matières se mélangent sans laisser de traces. J’adore !

En revanche, que celles et ceux qui recherche un effet hyper couvrant passent leur chemin ; il n’est pas fait pour vous.

2. Anticernes « Diopticerne teinté » – Lierac. Avec sa texture fine, non grasse et légèrement soin il ne file pas dans les ridules et supporte la poudre sans provoquer d’effet cakey (ndla : plâtreux ?). C’est le seul à ce jour qui ait gagné mon coeur. Après Benefit, Revlon et Clinique, je suis tombée dessus par hasard et je ne le regrette pas.

3. Blush crème « Breezy cheeks » B07 – Une. Je l’adore parce qu’il se travaille divinement bien, que ce soit sous et sur la poudre, aux doigts, à l’éponge ou au pinceau.  J’ai l’habitude de le poudrer ensuite pour éviter les brillances dues à mon type de peau mais aussi quand je sais que je vais porter un casque intégral. La poudre s’en va dans le casque mais le blush, lui, tient davantage.

4. Poudre HD – Make Up For Ever. Incontournable, fine et d’un bon rapport qualité-prix pourvu qu’on ait la main légère (d’ailleurs, une fine couche est largement suffisante pour matifier et fixer le teint), elle est paraît-il l’ennemie des photographes parce que les flashes donnent l’air à celle (ou celui) qui la porte d’avoir plongé la tête dans un sac de farine.  Mais moi, je m’en fiche, pas de paparazzi ni de photo call au programme, je fais ce que je veux ! Et elle apporte un rendu transparent très naturel.

5. Bronzer Naked Flushed « Naked » – Urban Decay. Un autre grand classique. Chouette, pas révolutionnaire, je le trouve dans la palette de blush Naked qui fait les 3 en un (bronzer pour sculpter subtilement, blush naturel et highlighter poudre).

J’ai un peu de mal à le défendre parce que je ne me suis jamais véritablement penchée sur la question des bronzers. Mais j’ai à chaque fois plaisir à l’utiliser, ce qui à mes yeux est une qualité suffisante, je suppose. Il donne un peu de relief au visage, posé au creux des joues (au-dessous des pommettes) et à la racine des cheveux. Rien à voir avec le contouring à la Kardashian, Dieu soit loué ! J’en mets aussi un peu sous le menton pour ombrer et donner l’impression d’un cou plus fin.

6. Pinceau « Expert Face Brush » – Real Techniques. Pour le fond de teint et le blush crème ; ses poils serrés et fournis absorbent une petite quantité de produit et permettent de travailler en finesse, y compris sur les endroits qui demandent davantage de précision comme les arrêtes du nez. Depuis que j’applique mon fond de teint au pinceau, le rendu est plus lisse sans donner un effet Musée Grévin au visage.

7. Pinceau « Pointed Foundation Brush » – Real Techniques. Je l’utilise pour l’anticernes et accessoirement pour corriger toutes les petites imperfections de type rougeurs autour du nez. Pour les boutons et cicatrices, je préfère un pinceau à lèvres encore plus fin et je travaille chirurgicalement en appliquant une toute petite quantité de produit et en tapotant ensuite. Merci Lisa Eldridge, encore une fois !

8. Pinceau à poudre – Real Techniques. Bon, clairement, celui-là, il me laisse indifférente. J’en ai testé d’aussi bien ; j’en ai testé des moins bons. Next !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

9. Pour les lèvres, le rouge à lèvres Finish Glossy Color Boost 07 « Proudly Naked » – Bourjois, est confortable et élégant et convient parfaitement aux maquillages forts sur les yeux. Appliqué en couche fine, il s’adapte aux teintes froides aussi bien qu’aux teintes chaudes. Deux secondes, max suffisent. Un must have, d’après moi. D’ailleurs j’en ai plusieurs identiques pour les fourrer dans mes sacs et en avoir toujours un dans la salle de bain.

rouge-color-boost_07_proudly-naked_ferm_

Le résultat est super naturel, genre mes lèvres en mieux, et vraiment, il faut avoir deux mains gauches et se maquiller à la bougie pour rater son application. Vous n’avez aucune excuse !

Le plus de ce maquillage ? Il va avec tout à mon avis ; du jean à la soie en passant par le cuir, il convient pour les brunchs, les cocktails ou les réunions formelles. Mais il a également pour avantage d’être assez facile à réaliser pourvu que l’on dispose de pinceaux assez touffus pour estomper joliment les fards foncés et très pigmentés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les photographies de produits sont toutes issues des sites des marques suivantes :

  • Urban Decay
  • Une
  • Bourjois

 

2 commentaires sur « Brun, bronze et nude »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s